TCC et problèmes existentiels

Problèmes existentiels

TCC et problèmes existentiels

Ces grandes questions de l’existence que tout le monde se pose

D’où vient-on ? Où va-t-on ? … Chacun connait ces moments passés à essayer de comprendre on ne sait pas trop quoi d’ailleurs, si ce n’est peut-être le sens de l’existence, le pourquoi de la vie, le après de la mort. On s’aperçoit généralement que nos réponses ne nous satisfont guère car ces mêmes questions reviennent quelques temps plus tard inlassablement les mêmes. La philosophie avec Heidegger, Sartre, Camus, Spinoza et bien d’autres tentent des réponses. Mais pas que, des poètes, théologiens, scientifiques ont aussi leurs réponses. Depuis l’aube des temps, ces enjeux existentiels ont fait l’objet de débats, de réflexions, tous les grands penseurs de l’humanité y ont consacré de leur temps et malgré tout, ces questions subsistent. Ces enjeux aussi familiers soient-ils, n’en demeurent pas moins extrêmement angoissants. Pour certains, on parle même de terreurs existentielles. Bien évidement par extension cela pose la question du sens de sa propre vie, de sa responsabilité, sa liberté, ses valeurs.

Irvin Yalom parle de confrontation de l’individu au fondamentaux de l’existence.

 

Thérapie existentielle

Irvin Yalom dans son ouvrage de référence « Thérapie existentielle » traite quatre de ces enjeux ultimes que sont : la mort, la liberté, l’isolement fondamental et l’absence de sens. L’approche existentielle met l’accent sur ces enjeux ultimes, sans échappatoire possible, qui caractérisent l’existence de l’individu dans ce monde.

Face à la mort, on peut comprendre qu’il s’agit de l’enjeu le plus facilement appréhendable. Nous existons aujourd’hui, un jour viendra nous cesserons d’être. Il n’existe aucun échappatoire, aucune négociation, aucun arrangement possible. Le conflit existentiel découle de cette tension qu’il se crée entre la conscience de notre finitude et l’envie d’éternité ou tout au moins le désir de continuer de vivre.

La liberté dans le sens existentiel renvoie à l’absence de structure externe. C’est-à-dire l’être humain est entièrement responsable de son monde, de sa vie, ses choix, ses actions. Nous situons ici l’individu dans sa problématique de responsabilité, de volonté, de liberté à créer sa propre vie, de désirer, choisir, agir, changer.

Sur l’isolement il ne s’agit pas seulement d’un isolement par rapport aux autres, il s’agit aussi d’un sentiment plus fondamental en dépit des liens qui unissent les individus, un sentiment concernant la sépatation entre soi, les autres et le monde. L’être humain est enchainé à l’isolement de son existence.

Enfin le problème du sens dans sa contingence existentielle est que le monde n’en propose aucun et que pour vivre l’individu semblerait avoir besoin de lignes directrices, de valeurs, d’objectifs, de sens donc. Irvin Yalom résume cette problématique existentielle en « le problème pourrait donc se poser comme suit : comment un individu qui a besoin de sens trouve-t-il du sens dans un monde qui en est dépourvu ? »

 

 

Psychopathologie et thérapie existentielle

Nous aspirons tous à une stabilité, un équilibre affectif, social, amoureux et pourtant face à ces besoins, le monde nous propose l’absence, le vide, la finitude. La thérapie existentielle touche à ce qu’il y a de plus profond chez l’individu. Elle postule que la plupart des troubles de notre santé mentale viennent de l’angoisse causée par ces enjeux. Nos troubles seraient donc des réponses qui nous permettrait de mieux négocier avec cette angoisse existentielle. Or ces réponses comme les phobies, addictions, dépressions … sont dysfonctionnelles. L’intérêt de la thérapie existentielle tient à ses fondements humanistes, philosophiques, qui proposent de se confronter, d’accepter donc ses enjeux de l’existence pour accéder à une vie pleine, remplie, plus riche. Chacun de ses sujets peuvent être aborder dans la plupart des thérapies classiques, comme les TCC par exemple, c’est quelque chose en plus.

J’utilise dans mon expérience et pratique de thérapeute ACT ou plus généralement de TCC de 3eme vague, cette forme de thérapie. Elle donne une teinte particulièrement enrichissante. C’est un peu comme si on se retrouvait sur quelque d’essentiel, de fondamental. Comme si au-delà des différents problèmes, différentes névroses de chacun, il y avait quelque chose de primordial et surtout de commun entre tous.

Vous avez besoin d'une thérapie courte pour apporter du changement dans votre vie, travaillons-y ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top